Ce jeu est l’heureuse conséquence d’une Résidence d’auteurs au sein de l’Association Courteline de Tours avec Simon Harvard.

Cette association, à vocation SocioCulturelle, une des plus importante de la région, propose tous les ans une résidence d’artiste d’horizons et de disciplines diverses (photographie, danse, peinture, littérature… ) et cette année leur choix a été le jeu de société.
Ce n’est pas tout à fait par hasard, l’association et ces animateurs se servent beaucoup du jeu de société comme outil de rencontre, de cohésion et d’égalité. C’est assez naturellement que la décision d’orienter la recherche de résidence dans ce sens a été prise. Simon et moi n’étions pas des inconnus pour les membres de l’association. Nous avons plusieurs fois participé à des week-end jeux qu’ils organisaient, en tant qu’auteurs et aussi en tant que joueurs. Ils nous ont contactés et proposé cette résidence commune.

 

Le projet

Après un accord de principe (et aussi parce que je dis plutôt oui que non, globalement, surtout à ce qui sort de l’ordinaire), nous avons eu une réunion pour envisager la faisabilité du projet. La complexité pouvait venir du fait que comme tous les ans ils souhaitaient avoir un « résultat » tangible, parfois un livre, où un spectacle… et ici en l’occurrence un vrai jeu, avec sa boîte et son matériel !
Cette proposition avait de quoi nous plaire car nous n’étions pas coutumiers de réagir à une «  presque » commande. Il m’est déjà arrivé de répondre à un cahier des charges pour un jeu mais il y a bien longtemps. De plus, habituellement, quand les contraintes sont trop « fonctionnelles », c’est à dire quand l’objet ludique final a un autre objectif que le plaisir ludique uniquement, cela permet rarement aux idées de s’épanouir et de donner une création originale et avec un intêret fort.
Mais la confiance était là, la sensation de liberté aussi et l’enthousiasme nous a emporté et nous avons accepté le challenge. Créer un jeu original qui tout en étant quelque part l’émanation de l’association, 
surtout de ses valeurs et de son fonctionnement qui ait aussi une portée un peu universelle et pas illustrative, en restant un vrai jeu ! Avec lequel, sans rien savoir du contexte de sa création, des joueurs puissent s’amuser simplement !

Après avoir vécu deux résidences à Toulon, organisées par l’association Les Yeux dans les Jeux et Le Palais du Jeu, avec Philippe des Pallières la première année et avec Julien Prothière la seconde, je n’étais pas particulièrement surpris. Nous avons donc accueilli cette proposition de résidence artistique comme une évidence. Enfin des gens qui dans leur démarche appliquent la simple logique : s’il y a création il y a art. C’est vrai que ça fait plaisir que ce pour quoi on milite arrive avec cette évidence, sans questions, sans justification. Nous nous sommes dit que ce type de situation ne se représenterai pas tout les jours.
Nous ne pouvions donc pas refuser, nous étions coincés, et ravis ! 
La responsabilité était plus importante que dans d’autres circonstances. Les membres de l’Association Courteline ne sont pas des professionnels du monde du jeu, donc le filtre de l’éditeur n’existe pas. En principe, celui-ci calibre, évalue, ajuste, repense, etc… la création de l’auteur pour en faire un objet commercial. Tout cela et d’autres aspects nous incombaient, et curieusement, nous ont libéré. Comme quoi les aspects commerciaux sont bien un carcan qu’on accepte. Le fait d’être pleinement responsable de tout, donne une vision plus claire et une sensation de liberté très appréciable.
 
Je ne crois pas que fondamentalement l’approche artistique clairement revendiquée du projet change quoi que ce soit à notre façon de créer. Cela fait partie intégrante de notre démarche et j’ai pour ma part toujours les mêmes ambitions, même si parfois certains choix éditoriaux peuvent affaiblir le propos d’origine.
 

Foule de Bony

La résidence
Toutes les activités de l’association qui n’était pas déjà dans une démarche intégrant du ludique, se sont mises au jeu. La communication de cette année 2017/18 c’est axée autour de notre résidence et plus généralement du jeu.  

Nous avons donc entamé notre résidence et été reçus et accompagnés dans beaucoup d’activités de l’association et dans la plupart des activités régulières d’accueil du public, des enfants, des personnes en difficultés ou des différents ateliers… Nous nous sommes bien immergés… avec un petit sentiment de ne pas bien tout comprendre !

Cela a duré un mois et demi étalé de novembre 2017 à février 2018.

L’impression qui nous a submergé, c’est que c’était un bazar foisonnant et extrêmement joyeux et où tout semblait très anarchique mais où tout était parfaitement orchestré et sous contrôle avec une grande sensation de liberté individuelle et de confiance générale. Nous ne connaissions pas bien les missions ni les fonctionnements des associations SocioCulturelles, je ne suis pas sûr de les connaître mieux maintenant mais nous avons quand même réussi à extraire de notre immersion les éléments dont nous avions besoin pour notre jeu.

L’envie d’avoir un tas chaotique de cartes pour transcrire cette impression de bazar que nous avions resenti assez rapidement au début. Puis l’idée que ce « bordel » (n’ayons pas peur des vrais mots) allait s’organiser et construire quelque chose de beau, de structuré, par le travail commun et la prise d’initiative individuelle soutenue par le groupe.

Une fois que l’idée a surgie il faut la vérifier, la confronter à la réalité, à la manipulation, à la durée, au ressenti des joueurs. Envisager le matériel et son coût, la réalisation graphique, la fabrication…

Un prototype est réalisé, les compétences de Simon et les miennes nous ont permis de fabriquer un jeu proche de la finalisation (avant les illustrations). Mais avant tout il fallait passer par les tests, une grosse partie de ceux-ci ont été réalisés à 2 (pratique d’être 2 auteurs) avec souvent simulation de la version à 4 joueurs. Le jeu a évolué, s’est lustré, puis les tests public ont commencé, d’abord avec des amis, puis avec des volontaires de la Maison des Jeux de Touraine. 

Une fois le jeu stabilisé nous l’avons montré à l’équipe de Courteline qui a clairement apprécié la démarche et validé nos choix avec un enthousiasme pour nous galvanisant. 

Et Bony est arrivé !

La problématique de l’échéance a commencé à se poser. Le choix de Courteline était que le jeu soit « livré » dans son état définitif pour leur fête de fin d’année, le 30 juin. Il nous fallait un dessinateur, nous avons rapidement choisit, Simon et moi de proposer Bony, alias David Boniffacy. Il présentait pas mal d’avantage au vu de la situation. Il n’était pas très loin, nous nous connaissions bien et avions un peu travaillé ensemble, il pouvait aussi traiter la maquette. Nous avons pensé qu’artistiquement son style correspondait, le côté naïf de ses personnages et ses couleurs chatoyantes, sans compter sa force de proposition et sa qualité d’écoute (bon là j’arrête !). 

Le délais était court, mais Bony disponible et très réactif. Nous avons eu beaucoup d’échanges et l’avons fait jouer au prototype avant qu’il ne commence. Il a vraiment apporté au jeu un supplément de fraîcheur et quelques idées farfelues. La direction artistique était je crois assez claire, mais extrêmement libre, je crois que Bony n’en est pas encore tout à fait remis de cette liberté ! 

L’édition

Il est clair que d’être hors des circuits traditionnels de l’édition de jeu permet toutes les fantaisies économiquement réalisables. Il aurait été dommage et je dirais même dommageable que cette création se plie à des contraintes qui n’auraient été que dans nos têtes. L’idée d’inclure des cotillons dans la boîte n’était que le prolongement naturel de la création. Habituellement ce type d’idée est écartée dès qu’elle se manifeste et n’est souvent même pas formulée. Et là, incroyable, non seulement on peut l’envisager mais de surcroît cette idée a réjouit tous les intervenants comme les joueurs ! C’est magique !

Il n’était prévu qu’un tirage de 100 exemplaires. J’ai contacté un ami imprimeur avec lequel j’avais beaucoup travaillé, Pascal Floury à Florilège Graphique. Je savais qu’il avait le matériel pour l’impression numérique et surtout, il avait toute ma confiance aussi bien en termes de délais que de coûts et surtout de qualité ! Et ça n’a pas faillit, tout a été parfait. Il été aussi surpris quand je lui ai demandé de mettre des confettis dans la boîte (— Je n’ait pas reçu les sachets pour les mettre… — Pas de sachet, tu en met une grosse poignée en vrac dans chaque boîte !). Il a aussi été très précieux pour surveiller des petites imperfection de calage que nous n’avions pas anticipées. Bref que du plaisir !

Nous avions décidé avec Courteline que cette démarche pouvait être un exemple de ce qu’il est possible de faire quand on se permet ses envies ! C’est ce qui nous à incité à créer un Print and Play et à déclarer le jeu en Créative Commons. Pour que sa diffusion soit facilitée et sa démarche reproduite ailleurs.

Télécharger le jeu ici.

Le jeu et les joueurs

Le jeu a été brillamment chroniqué dans les colonnes de Tric Trac par Germain Winzenschtark. Cliquez sur l’image du pion pour avoir plus de précisions sur son fonctionnement.
Carnavalesque à Tric Trac
Quand le jeu est arrivé et qu’il a enfin été joué d’abord par les animateurs de l’association qui allaient le faire jouer au public, ça a été un réel succès. L’association avait fait monter la pression en annonçant régulièrement l’avancement du jeu et sa prochaine disponibilité. L’attente était forte et les espoirs n’ont visiblement pas été déçus, à notre grand soulagement ! On a du mal à s’imaginer à quel point tout créateur a besoin de retours et de validation. La création n’est que doute et faire des choix c’est aussi laisser de côté des choses potentiellement intéressantes, donc hésitations et inquiétudes. Alors, quand les joueurs enchaînent les parties sans s’occuper des auteurs présents, ces derniers jubilent !
Puis quelques jours plus tard le jeu a été présenté aux personnes pour qui il avait été conçu et cette même évidence a été ressentie. Aboutissement d’un petit périple tendu mais tellement joyeux de bout en bout, tellement accouché sans aucune douleur !
J’en veux encore des projets de ce type !